This is an automatically generated PDF version of the online resource morocco.mom-rsf.org/en/ retrieved on 2020/02/24 at 10:21
Reporters Without Borders (RSF) & Le Desk - all rights reserved, published under Creative Commons Attribution-NoDerivatives 4.0 International License.
Le Desk LOGO
Reporters sans frontieres

Ali Anouzla

Ali Anouzla

 Ali Anouzla est né a Agadir, et a commencé sa carrière dans le journal saoudien Panarabe Al-Sharq al-Awsat. Il a ensuite brièvement travaillé en Libye pour l'agence de presse locale avant de retourner au Maroc à la fin 1990 et s'établir au fil du temps comme journaliste arabophone de référence. 

Anouzla a co-fondé, avec le journaliste Taoufik Bouachrine, son premier journal hebdomadaire Al-Jarid al-Oukhra en 2004. Ce média a ouvert ses pages à de nombreux dissidents et fut un pionnier au sein de la scène journalistique marocaine. C’est en 2006 qu’Anouzla rejoint l’équipe fondatrice du quotidien arabophone Al-Massae, apres ‘interdiction d’Al-Jarid al-Oukhra. En février 2008, il a quitté Al-Massae et a fondé Al-Jarida al-Oula le 19 mai 2008. Ce média a du fermer ses portes en 2010 pour cause de difficultés financieres entre autre dues a une amende record de $US 120 000 que le média a du payer. Anouzla ne trouvait donc plus d'investisseurs, pour la plupart trop frileux de s'associer a un média qui dérange le pouvoir central. 

Anouzla s'est donc lancé dans la presse numérique avec son site Lakome en association avec Aboubakr Jamai, un journalist marocain de renom. En quelques mois, ce nouveau site s'est imposé dans le paysage de la presse numérique marocaine. En 2013, Anouzla et son équipe révelent que le roi Mohamed VI, en concluant un accord avec le roi d'Espagne concernant la libération de prisonniers espagnols détenus au Maroc, a autorisé le relachement d'un ressortissant espagnol ecroué pour viols sur onze mineurs. Cet évenement, révélé par Lakome, suscita la colere populaire et une série de manifestations. 

Moins d'un mois plus tard, Anouzla publie un article,  traitant d'une nouvelle vidéo de propagande d'Al Qaida au Maghreb Islamique visant directement le Maroc, et mettant a disposition du lecteur un lien vers un journal espagnol de référence qui hébergeait cette meme vidéo sur son site. Ceci a mené a l'arrestation immédiate d'Anouzla qui sera plus tard mis en liberté provisoire. Les autorités en ont donc profité pour bloquer les versions francaises et arabes du site ainsi que tous les sites hebergeant leurs contenu bien qu'Anouzla n'avait plus d'actionnariat ni de role éditorial dans ce média. 

En 2015, Anouzla, apres de nombreuses affaires judiciaires, tente de revenir sur la scene des médias numériques en lancant Lakome2. 

Anouzla et Aboubakr Jamaï avaient reçu en 2014, le prix « Leaders pour la démocratie » décerné par le Project on Middle East Democracy (POMED), organisation non partisane sans but lucratif « qui se consacre à examiner comment les démocraties authentiques peuvent se développer au Moyen-Orient et comment les États-Unis peuvent le mieux soutenir ce processus ». L’ex-ambassadeur aux Etats-Unis, Rachad Bouhlal avait réagi par un câble diplomatique destiné à sa hiérarchie et révélé par les fuites du compte « Chris Coleman », qui suggérait de mener des actions diplomatiques, notamment par le biais de Serge Berdugo ambassadeur itinérant du roi et président de la communauté israélite du Maroc, auprès de Stephen McInerney, directeur exécutif du POMED pour « réfuter le prix », faisant valoir "le trouble causé au Maroc et en particulier à la communauté juive de voir qu’un journaliste (Ali Anouzla, ndlr) ayant publié une vidéo faisant l’apologie du terrorisme, soit primé".

 

 

Société
Médias
Informations complémentaires

Autres informations

Références

Le Desk, Ali Anouzla et Aboubakr Jamai en guest stars a Washington

https://ledesk.ma/enoff/ali-anouzla-et-aboubakr-jamai-en-guest-stars-du-pomed-washington/

  • Project by
    Le Desk
  •  
    Reporters sans frontieres
  • Funded by
    BMZ