Methodology

Théorie: sans pluralisme des médias, pas de société démocratique

Parce qu’il est le reflet d’opinions divergentes et permet le débat, le pluralisme des médias transcrit les valeurs des principes fondamentaux des sociétés démocratiques.

On en distingue deux formes. D'une part, le pluralisme interne des médias qui se réfère à la façon dont la diversité sociale et politique est montrée dans le contenu médiatique (par exemple, à travers la représentation de différents groupes culturels, d'opinions politiques ou idéologiques divergentes et de points de vue multiples). D’autre part, le pluralisme externe des médias, qui porte sur le nombre de propriétaires et la structure de la propriété, également connus sous le nom de «pluralité» des fournisseurs.

Dès lors, la concentration du marché médiatique – par opposition au pluralisme médiatique - entraîne des risques pour la diversité des opinions :

•   quand quelques acteurs dominent l'opinion publique et empêchent d'autres acteurs d'accéder au marché médiatique et d'exprimer des opinions différentes (concentration de la propriété des médias).

•   quand le contenu des médias est uniforme, et ne se focalise que sur certains sujets, personnes, idées et opinions (concentration du contenu des médias);

•   quand le public lit, regarde et écoute seulement certains médias (concentration de l'audience des médias)

Objectif: établir la transparence sur la propriété des médias

Comment le public peut-il évaluer la fiabilité de l’information s’il ignore qui la diffuse?

Comment les journalistes peuvent-ils travailler de manière adéquate s’ils ignorent qui contrôle l’entreprise pour laquelle ils travaillent?

Comment les autorités de tutelle des médias peuvent-elles réguler la concentration excessive des médias s’ils ignorent qui les gère?

Comment les investisseurs peuvent-ils entrer sur le marché des médias s’ils ignorent comment les fonds sont alloués?

Bien conscient de toutes les dimensions que revêt la notion de pluralisme, le Media Ownership Monitor, ou MOM, a choisi de se focaliser sur le pluralisme externe des médias, et plus particulièrement sur la concentration de la propriété de médias. Le MOM vise à susciter une prise de conscience collective quant aux risques qu’elle présente et à insister sur la transparence dont les acteurs politiques et économiques devraient faire preuve. Pour le MOM, la transparence est la condition préalable à l’indépendance.

L’objectif du MOM est de répondre à la question « qui contrôle les médias? »

•   en donnant des informations sur les propriétaires des médias les plus importants (télévision, radio, presse en ligne et presse écrite) et leur affiliations;

•   en analysant leur influence potentielle sur le processus de formation de l'opinion publique en se basant sur la concentration de l'audience;

•   en exposant la réglementation de la propriété et de la concentration des médias, ainsi que la mise en œuvre des garanties réglementaires. 

Méthode: collecte des données sur le terrain

Le MOM montre, d'une manière transparente, qui possède les médias, quels sont les intérêts et affiliations de leurs propriétaires, quelles dépendances existent, et par conséquent, qui exerce potentiellement une influence sur l'opinion publique. Ainsi, le travail sur le terrain ne vise pas seulement à établir les propriétaires officiels mais cherche aussi à savoir qui contrôle les médias.

Grâce à une méthodologie générique, le Media Ownership Monitor, ou MOM, cartographie les propriétaires de tous les médias sélectionnés pour l’étude. Cette base de données des propriétaires est accessible publiquement et mise à jour régulièrement. De plus, le MOM dresse une analyse contextuelle et structurelle en passant en revue les spécificités du marché national des médias ainsi que le cadre juridique dans lequel il évolue.

La collecte des données a été effectuée par Le Desk en collaboration avec Reporters sans frontières

Instrument: le Guide MOM de l’utilisateur

La collection des données se base sur un Guide de l'utilisateur détaillé qui comprend les sections suivantes:

·  Section A « Contexte » qui permet d'avoir une vue d'ensemble du paysage médiatique et des conditions dans lequel ce dernier évolue, tel que le cadre juridique sur la propriété, les données clés sur le pays ainsi que sur les médias. Cette section permet de mieux comprendre les résultats des sections suivantes et de contextualiser les risques qu’entraîne une concentration de la propriété.

·  Section B « Paysage médiatique » qui présente les médias les plus importants pour le processus de formation de l'opinion publique, en se basant sur les chiffres d'audience. Au maximum, dix médias par support - télévision, radio, presse écrite et presse en ligne – sont choisis.

·  Section C « Propriété » qui comprend la base de donnée des propriétaires, des actionnaires et d'autres personnes influentes des médias sélectionnés. Les sociétés des médias clés sont choisies par rapport à leur puissance économique (chiffres d’affaires) et leur structure de propriété est exposée.

·  Section D « Indicateurs » qui décrit les indicateurs utilisés pour établir un index des risques qu'entraîne un monopole de la propriété des médias.

Le Guide de l'Utilisateur est développé à partir de recherches déjà existantes sur le pluralisme et la propriété des médias. Plus particulièrement, les indicateurs s’inspirent et sont en conformité avec « l’observatoire de la pluralité des médias » (Media Pluralism Monitor), un projet du Centre pour le pluralisme des médias et la liberté des médias (CMPF) à l'Institut universitaire européen (IUE, Florence) et financé par l'UE.

  • Le Desk
  • Reporter without borders
fr
en ar
  • Project by
    Le Desk
  •  
    Reporters without borders
  • Funded by
    BMZ